Histoire des débuts de l'horlogerie Suisse et Française

Publié par Montredepoche Gousset le

Histoire des débuts de l'horlogerie Suisse et Française

Genève a une longue histoire d'horlogerie. Les horloges y étaient connues au IXe siècle, probablement importées du sud de l'Allemagne, et étaient assez courantes au XIe siècle. La fabrication des montres est arrivée en Suisse au XVIe siècle, en 1587, lorsqu'elle a été introduite à Genève par Charles Cusin d'Autun, en Bourgogne. Les ventes de montres ont connu un essor considérable lorsque les réformes calvinistes ont interdit le port de bijoux et que les orfèvres ont proposé des montres décoratives comme alternative. Cent ans plus tard, on comptait plus de 100 horlogers enregistrés à Genève, qui employaient plus de 300 ouvriers et fabriquaient près de 5 000 montres par an.

En 1601, la Guilde des horlogers de Genève a été créée pour contrôler le commerce à Genève et dans les environs. La guilde veillait à ce que la qualité des montres fabriquées par ses membres soit maintenue au plus haut niveau, mais aussi à restreindre les pratiques qui auraient pu augmenter le nombre de montres fabriquées et réduire leur coût. La production de masse a été interdite, le nombre d'apprentis maintenu artificiellement bas, et l'entrée dans la guilde (et donc l'autorisation de fabriquer des montres) strictement contrôlée. Ainsi, la réputation de qualité des montres genevoises a été maintenue à un niveau élevé, tout comme les prix.

Cela a continué jusqu'à la fin du XVIIe siècle en Suisse, lorsque Daniel JeanRichard, un homme qui n'était pas prêt à suivre l'ordre des choses, a tout changé. JeanRichard a commencé l'horlogerie dans les montagnes du Jura, en donnant du travail aux agriculteurs locaux qui ne pouvaient pas travailler à l'extérieur pendant les longs mois d'hiver. L'industrie a connu une croissance rapide au cours du XVIIIe siècle. Au cours des XIXe et XXe siècles, presque toutes les montres suisses étaient fabriquées au Locle et à la Chaux-de-Fonds ou dans les environs, et se sont progressivement étendues vers le nord et l'est en direction de Biel/Bienne.

Daniel JeanRichard et la naissance de l'industrie horlogère suisse

Au XVIe siècle, les premiers horlogers se trouvaient en Allemagne du Sud, puis en France et à Genève, des régions où les princes, les aristocrates et les marchands étaient riches et prêts à payer un prix élevé pour un objet qu'ils pouvaient montrer à leurs pairs. Avant l'invention des montres à balancier, les montres étaient de piètres chronomètres et étaient plutôt des curiosités, faites de métaux précieux et richement décorées. La fabrication en petit nombre de montres très chères par les membres des guildes d'horlogers restrictives n'était guère une industrie. Vers la fin du XVIIe siècle, Daniel JeanRichard a commencé l'horlogerie en dehors de Genève, loin du contrôle des guildes qui avaient limité la production de montres à de petites quantités.

Les montagnes du Jura suisse : le siège de l'industrie horlogère suisse

Daniel JeanRichard est né en 1672 aux Bressels, dans la Sagne, à mi-chemin entre Le Locle et La Chaux-de-Fonds, dans l'actuel canton suisse de Neuchâtel. Cette région se trouve dans les montagnes du Jura, au-dessus de la ville et du lac de Neuchâtel, loin du centre horloger suisse de l'époque, Genève. Genève elle-même se trouve à 373,6 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui est déjà assez élevé. Neuchâtel est plus haut, à 430 m, mais Le Locle se trouve à 945 m, bien plus haut encore. En raison de l'altitude et du manque d'eau, avec un sous-sol calcaire poreux, les terres autour du Locle sont peu propices à l'agriculture, et la région est souvent enneigée en hiver. Les habitants de cette région ont donc toujours été à l'affût des travaux qu'ils pouvaient effectuer à l'intérieur pendant les mois froids de l'hiver.

Certains documents donnent l'année de naissance de JeanRichard comme 1665, mais Jaquet et Chapuis se réfèrent à des preuves documentaires provenant des archives locales qui montrent que c'était en 1672. Les ancêtres de la famille JeanRichard s'appelaient Richard, mais l'un d'entre eux avait reçu le nom de Jean et, pour une raison quelconque, ce nom a été repris sous le double nom inhabituel de JeanRichard au cours des siècles suivants. On sait peu de choses sur le passé de Daniel JeanRichard. Il semblerait qu'il ait été forgeron ou serrurier, et Kathleen Pritchard, dans "Swiss Timepiece Makers 1775-1975" dit qu'il était "probablement" orfèvre. On sait qu'il y avait des montres au Locle avant la naissance de JeanRichard, et aussi qu'il y avait des orfèvres travaillant dans les montagnes.

Mais c'est à Daniel JeanRichard qu'on attribue le mérite d'avoir amené l'horlogerie dans la région, entamant une révolution qui allait faire d'une communauté agricole rurale, luttant contre des sols pauvres et des hivers longs et rigoureux, le centre de l'horlogerie mondiale. C'est une histoire remarquable.

La première mention enregistrée de Daniel JeanRichard est celle du banneret Frédéric Samuel Osterwald qui, en 1766, a publié une description des montagnes et des vallées de la Principauté de Neuchâtel et de Valangin. Dans ce livre, Osterwald dit qu'"un homme nommé Peter, un marchand de chevaux, revenant dans sa patrie en 1679, a apporté avec lui une montre fabriquée à Londres, un objet absolument inconnu dans les montagnes". La montre était cassée et le marchand, constatant l'aptitude du jeune Daniel JeanRichard à la mécanique, lui demanda de la réparer.

JeanRichard démonte la montre et la répare, en prenant des notes et en dessinant les pièces. Sur la base de ces notes et dessins, JeanRichard a procédé à la fabrication d'une réplique de la montre. Mais il a d'abord dû fabriquer les outils dont il avait besoin, ce qui a pris un an. Il a appris qu'à Genève, les horlogers disposaient de machines permettant de diviser les roues de manière égale et de couper les dents. Il s'est rendu à Genève, mais les horlogers de la guilde ont gardé les machines secrètes. De retour chez lui, frustré, il a réinventé la machine lui-même. Une fois qu'il a fabriqué tous les outils dont il avait besoin, il lui a fallu six mois supplémentaires pour fabriquer sa première montre.

Bien qu'il y ait peut-être une part de vérité dans cette charmante histoire, l'histoire du marchand de chevaux et de la montre cassée est probablement une légende et des histoires similaires sont racontées dans les régions horlogères de France et d'Allemagne.

Établissement et Établisseurs

On sait qu'en 1691, à l'âge de 19 ans, Daniel JeanRichard a ouvert un atelier d'horlogerie près du Locle, et a procédé à une révolution de l'industrie horlogère. Il a défié les restrictions du système de guilde et a employé des fermiers locaux, qui avaient peu de travail pendant les longs hivers, pour fabriquer des composants individuels pour lui, qu'il assemblerait en montres. Ce système de division du travail s'appelait l'établissage et la personne qui se trouvait au centre de la toile et qui contrôlait tout s'appelait l'établisseur. Les entreprises de ce type étaient appelées comptoirs.

JeanRichard a appris aux fermiers à se spécialiser dans la fabrication de certaines pièces, afin qu'avec l'expérience, ils puissent produire des pièces individuelles de haute qualité à un prix très avantageux par rapport au système de guilde, où quelques artisans fabriquaient toutes les pièces d'une montre. Il a également mécanisé de plus en plus l'horlogerie, en concevant et en améliorant les outils et les machines afin que les ouvriers moins qualifiés puissent toujours produire des pièces de haute qualité. Ce système de spécialisation et de mécanisation croissantes a permis de produire des montres de haute qualité à bas prix.

Après avoir installé son atelier au Locle, Daniel JeanRichard a d'abord enseigné l'horlogerie à ses cinq fils, puis d'autres jeunes gens curieux d'apprendre ont fait un apprentissage avec lui et sont devenus des maîtres, qui à leur tour ont formé de nouveaux artistes. Sans les restrictions du nombre d'apprentis que les horlogers genevois avaient, le nombre d'apprentis et de nouveaux maîtres a rapidement augmenté dans les montagnes. Dès son introduction au Locle par Daniel JeanRichard, l'horlogerie s'est répandue dans toute la chaîne jurassienne de Neuchâtel et de Berne et dans les districts limitrophes de Soleure et de Bâle.

Lorsqu'Osterwald a consigné son journal en 1766, il a noté qu'"au moins 15 000 montres en argent ou en or étaient fabriquées chaque année au Locle et à La Chaux-de-Fond collectivement, sans compter un très grand nombre d'horloges simples et compliquées". En 1855, les horlogers du Jura produisaient neuf fois plus de montres que ceux de Genève. Le Kelly Directory de 1901 recense 713 horlogers suisses. Sur ces 713, 258 sont situés à La Chaux-de-Fonds, 37 au Locle, 88 à Bienne et 47 à Tramelan, soit un total de 430 contre seulement 75 à Genève. Une indication claire de la manière dont les descendants des paysans de montagne ont dépassé les guildes des rives du lac Léman.

Au début du XXe siècle, plus de la moitié des montres distribuées dans le monde entier étaient produites dans la région du Locle et de la Chaux-de-Fond.

Daniel JeanRichard meurt en 1741, laissant cinq fils qui poursuivent l'activité lucrative de leur père. Il est toujours salué comme un héros au Locle et à la Chaux-de-Fonds. Au centre du Locle, devant la poste, une statue de lui dans un tablier d'ouvrier, examinant une montre à gousset. Il y a un musée Daniel JeanRichard à La Sagne, et une rue porte son nom à La Chaux-de-Fonds. L'image ci-dessous est la bannière de la première page de La Horlogère Suisse, un journal professionnel publié à La Chaux-de-Fonds. En haut, au centre, se trouve une photo du héros local ; Daniel JeanRichard.

L'horlogerie française

Le siège de l'industrie horlogère française se trouve à Besançon, et non à Paris. L'horlogerie a été introduite à Besançon pour la première fois en 1793 par quelques fugitifs religieux ou politiques des districts horlogers de Suisse. Cette introduction s'est heurtée à de nombreux obstacles. En 1794, 364 montres en or et 9 106 en argent ont été soumises au poinçonnage et le commerce s'est poursuivi à un faible niveau. En 1842, la population locale s'est réveillée pour saisir l'occasion qui lui était offerte et à partir de ce moment, le commerce des montres a connu un essor rapide.

En 1877, Besançon a produit un million et demi de mouvements de montres et un demi-million d'horloges. A Besançon, sur une population d'environ cinquante mille habitants, de quinze à seize mille personnes étaient employées dans le domaine de l'horlogerie. Une quarantaine de milliers d'autres gagnent leur vie par le même type de travail dans d'autres parties du département du Doubs, dont Besançon est le centre.

← Article précédent Article suivant →

//chapitres blog